Visites :    
Suivez-nous :   

Partenaires



Revalorisation des IA-IPR
L’échelon BBis est linéarisé

Actualités

  Revalorisation des IA-IPR: L’échelon BBis est linéarisé

Communiqué du SNIA-IPR

Dans le numéro n° 82 (déc 2015, Jan-fév 2016) de notre revue Flash, nous rappelions les conditions difficiles dans lesquelles le SNIA-IPR UNSA, avait arraché une avancée majeure, celle de la Hors échelle B bis contingentée, loin d’être acquise.

Alors que la priorité affichée dès le début du quinquennat était le 1er degré et l’enseignement professionnel, la crise sanitaire a montré combien l’engagement quotidien sans faille des IA-IPR a contribué à la mise en œuvre de la continuité pédagogique, à l’accompagnement de la réforme du lycée et au bon déroulement des examens du DNB, du Baccalauréat et des BTS, lors des sessions 2020 et 2021. Celle qui vient de s’achever étant marquée par des dysfonctionnements importants.

Comme en 2015, le SNIA-IPR UNSA a rappelé dans les réunions du GT 5 la légitime et nécessaire revalorisation indiciaire, face à un ministère qui la conditionne actuellement au corps unique d’inspection.

 Fidèle à ses engagements, à ses mandats du congrès de Dijon et à la consultation de ses adhérents, le SNIA-IPR UNSA a participé aux travaux du GT 5, rappelant son opposition à un projet de fusion mal préparé et dont le sens et les finalités font cruellement défaut, tant les deux corps de métiers, notamment ceux du 1er et du 2nd degré, recouvrent des identités et des missions différentes.

Aujourd’hui, le ministère a confirmé que ce projet n’est techniquement pas réalisable. Il le renvoie à la prochaine mandature, validant ainsi le diagnostic du SNIA-IPR et, au passage, faisant perdre une année d’application des mesures initialement promises par le ministre.

Dans ses interventions le SNIA-IPR UNSA a poursuivi inlassablement le combat pour obtenir une avancée indiciaire et indemnitaire qui revalorise la carrière des IA-IPR. Grâce à notre ténacité, le contingentement du B bis, obtenu en 2016 avec un échelon spécial, disparait.

 L’échelon B bis linéarisé devient le 3ème échelon du grade 2 (hors classe), à compter du 01/01/2022. Les textes, décrets et arrêté du CTMEN du 12/07 sont consultables en ligne : http://www.snia-ipr.fr/index.php?action=voir&t=divers

La hors échelle B bis (HEB bis) qui s’intercale entre les hors échelle B et C (HEB et HEC) concerne un nombre réduit de fonctionnaires, tels les conseillers référendaires à la Cour des Comptes, les conservateurs de musée… Comme les échelles A et B, elle prévoit un passage de chevron annuel.

Sous réserve de la publication du décret, les futurs accédants seront rétribués au B Bis2, s’ils remplissent la condition de durée : 3 ans d’ancienneté au 2ème échelon ou plus pour passer au B bis, avec un indice 1095 (+ 28 points par rapport au B3, indice 1067) puis, une année plus tard, de 1124 au B Bis3 (+29 points), soit une progression mensuelle brute de 131€ puis de 135€ l’année suivante, soit en cumul : 266€ bruts mensuels.

Il s’agit d’une avancée majeure pour le corps des IA-IPR, budgétairement conséquente, qui valide notre stratégie adoptée depuis 2016. En effet, seuls 6 % des collègues à la hors classe ont actuellement accès au B bis. C’est une étape essentielle vers l’accès à la HEC.

 Cependant, nous ne pouvons-nous satisfaire d’une revalorisation indiciaire qui ignore les collègues à la classe normale, soit un IA-IPR sur deux.

Le Ministre et la direction de l’encadrement n’ont pas accédé à notre demande de porter auprès du guichet unique l’accès de la classe normale à la HEB.

Nous repartons au combat auprès de la Secrétaire générale du MENJS et du Directeur de l’encadrement pour que cette mesure s’applique au 01/01/2023.

En conséquence, le SNIA-IPR UNSA avec l’appui de l’UNSA Éducation demande pour les IA-IPR :

Ces deux demandes ont fait l’objet d’un amendement fédéral soumis au vote du Comité technique ministériel du 12 juillet 2021 dans le cadre de l’étude des deux décrets, statutaire, indiciaire et de l’arrêté indemnitaire, relatifs aux IEN et aux IA-IPR. A l'issue de ce CTMEN, notre amendement portant nos revendications sur le décret statutaire a reçu une large majorité de voix des OS présentes mais il a été rejeté par l'administration.

Sur le plan indemnitaire, IEN et IA-IPR seront intégrés à partir du 1er janvier 2022 au régime tenant compte des fonctions, des sujétions, de l'expertise et de l'engagement professionnel (RIFSEEP) qui remplacera l’ICA, avec des perspectives d’amélioration pour tous, sur lesquelles nous serons exigeants. Ces perspectives s’inscrivent dans la continuité de l’augmentation de l’ICA de 30% obtenue par le SNIA-IPR en septembre 2017 puis de 1200€ annuels en janvier 2021, permettant aux collègues d’atteindre une ICA moyenne annuelle proche des 14000€.

Les perspectives sont là, rien ne sera possible sans votre soutien dans les académies, l'action auprès des recteurs, le soutien de l'UNSA Éducation. Une telle mobilisation permettra de faire entendre nos revendications.

Au terme d’une année de travail dont les IA-IPR peuvent être fiers, nous vous souhaitons des vacances reposantes.

Ivry sur Seine, le 13 juillet 2021

Secrétariat général SNIA-IPR UNSA

Mis en ligne le : 13-07-2021


  Réunion du Bureau national

Le Bureau national du SNIA-IPR se réunit ce jour mercredi 7 juillet en format hybride.

A l'ordre du jour: Actualité syndicale; Agenda social :   GT5 « Corps d'inspection », GT2 « esprit d’équipe »,  GT3 : « Amélioration du service public de l'EN », Audiences,  Mission parlementaire, Conseil d’évaluation de l’école,   Comité de suivi, CTMEN et CSE; Examens session 2021, évaluation des établissements, feuilles de route RH,…; Mobilité, affectation et titularisation des IA-IPR 2021; Agenda fédéral & syndical : Congrès Snia-ipr 21-22 septembre

...

Mis en ligne le : 09-07-2021


  Communqiué de l'UNSA Education du 24 juin 2021

La coupe est pleine ! L’organisation des examens au bord de la rupture.

Les personnels intervenant sur l’organisation des examens pensaient avoir vécu le pire et bu leur coupe jusqu’à la lie ces dernières années et
bien non, la session 2021 atteint une côte d’alerte inégalée.
La réforme du baccalauréat s’est faite trop hâtivement : On ne réforme pas « une masse de granit » bicentenaire en quelques mois !
Faute d’anticipation sur les textes et les applicatifs, tous les personnels, qu’ils soient administratifs en services et en EPLE, enseignants,
informaticiens, inspecteurs, chefs d’établissement, CPE, directeurs délégués aux formations professionnelles et technologiques, vivent une
situation inédite, anxiogène et intolérable !

La suite du communiqué

 

Mis en ligne le : 09-07-2021